CONFLIT SOUS ACROMIAL

Définition :

 

Les douleurs d’épaule chroniques d’origine tendineuse sont souvent liées à un conflit sous acromial.

L’épaule est constituée d’éléments osseux et ligamentaires qui forment un « tunnel » dans lequel passent les tendons de la coiffe des rotateurs. Lors d’une utilisation répétitive ou à l’occasion d’un effort un peu plus intense, des douleurs peuvent survenir suite au frottement des tendons sur ces différents éléments.

Ceux-ci sont constitués :

  • Du « bec » acromial qui peut être plus ou moins prononcé
  • Du ligament acromio-coracoïdien qui prolonge ce bec vers la coracoide
  • D’une bourse sous acromiale qui sert de surface de glissement entre les différentes structures et qui peut s’épaissir lorsque que l’inflammation devient chronique

 

Diagnostic :

 

Celui-ci est le plus souvent clinique et ne nécessite pas forcément d’imagerie complémentaire. Certaines manœuvres spécifiques nous permettent de le rechercher (manoeuvres de Neer, Yocum et Hawkins). Ce conflit étant dynamique, une échographie peut le confirmer et aider au diagnostic de première intention des pathologies associées (sections suivantes du site).

Une radiographie standard est toujours utile. Elle nous permet de rechercher des facteurs favorisants (bec acromial…) ou des lésions associées (arthrose, calcifications tendineuses…).

Les imageries en coupes (scanner, IRM) nous donneront uniquement des éléments indirects de ce conflit et serviront tout d’abord au diagnostic des lésions associées.

 

Prise en charge :

 

La prise en charge de cette pathologie est tout d’abord médicale. Elle associe le traitement médicamenteux (antalgiques, anti-inflammatoires) à une rééducation bien menée. Le but de cette rééducation est de renforcer les muscles abaisseurs de l’épaule et de travailler les « voies de passage » qui sont des secteurs de mobilité moins douloureux. Ce travail permettra de donner plus d’espace aux tendons de la coiffe des rotateurs pour coulisser.

Cette prise en charge peut être optimiser, au besoin, par une ou plusieurs infiltrations sous acromiales, réalisables en consultation.

 

Chirurgie :

 

Au terme d’un traitement médical bien conduit, une intervention arthroscopique (avec une caméra) peut vous être proposée. L’objectif de ce geste est d’optimiser le passage des tendons dans le tunnel et de traiter l’inflammation. Cette intervention regroupe plusieurs étapes :

  • Bursectomie : exérèse de la bourse sous acromiale pathologique et inflammatoire
  • Acromioplastie : fraisage du bec acromial
  • Section du ligament acromio-coracoidien responsable également du conflit.

Elle s’effectue le plus souvent en ambulatoire (entrée à la clinique le matin et sortie le soir). Une prise en charge de la douleur par un cathéter inter-scalénique peut également vous être proposée. Il s’agit d’un « biberon » contenant un produit anesthésiant avec lequel vous rentrez à domicile et que vous conserverez en moyenne 48h afin d’anesthésier l’épaule pendant ce délai.

Une attelle amovible réfrigérante vous sera prescrite pour optimiser la récupération. Celle-ci est en général conservée 2 à 3 semaines, en fonction de votre douleur.

De la rééducation est à débuter immédiatement après la chirurgie avec un masseur-kinésithérapeute mais également par vous-même.

Le résultat est obtenu en 2 à 3 mois, durée pendant laquelle il est nécessaire de protéger votre épaule. Les activités en force ne seront récupérées qu’au terme de la rééducation, une fois que les mobilités passives et l’indolence seront complètes.

 

Un texte ! Vous pouvez le remplir avec du contenu, le déplacer, le copier ou le supprimer.

Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© orthopédie hanche genou épaule Arras